BUIRE : Conseil municipal du 20 février.

Mercredi 20 février à 20h, le Conseil Municipal de BUIRE s’est réuni et a pris les décisions suivantes :

TRANSFERT DE COMPÉTENCE EAU ET ASSAINISSEMENT :

Report de la date du transfert des compétences eau et assainissement à la communauté de communes au 1et janvier 2026.                         

Après avoir entendu le rapport de Mr DEMEAUX relatif à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes,

Considérant que les communes membres de la communauté de communes qui n’exerce pas, à la date de la publication de la loi, les compétences relatives à l’eau ou à l’assainissement peuvent s’opposer au transfert obligatoire, résultant du IV de l’article 64 de la loi n°2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la république, de ces deux compétences, ou de l’une d’entre elles, à la communauté de communes si, avant le 1er juillet 2019, au moins 25% des communes membres de la communauté de communes représentant au moins 20% de la population délibèrent en ce sens. En ce cas, le transfert de compétences prend effet le 1er janvier 2026.

Considérant que la commune de Buire est membre de la communauté de communes du pays des trois rivières,et n’exerce pas les compétences eau et/ou assainissement à la date de publication de la loi du 3 août 2018

Considérant que la commune souhaite reporter le transfert des compétences eau et/ou assainissement au 1er janvier 2026 et doit délibérer avant le 1er juillet 2019 ;

Après en avoir délibéré le vote du conseil municipal s’établit comme suit :  13 voix pour,    0 voix contre,    0  abstentions. La commune s’oppose au transfert obligatoire des compétences eau et/ou assainissement à compter du 1er janvier 2020 à la communauté de communes du pays des trois rivières et demande le report du transfert des compétences eau et/ou assainissement au 1er janvier 2026.

Demande de subvention DETR 2019 TOITURE DU GROUPE SCOLAIRE, RÉPARATION DU FAÎTAGE, ÉTANCHÉITÉ :

Lors de fortes précipitations, il s’est avéré que des infiltrations au niveau des plafonds des classes du groupe scolaire nous ont alertés sur l’étanchéité de la couverture du bâtiment.

Les travaux de couverture réalisés en 1983, voilà 36 ans, n’ont jamais posé de problème à ce sujet. L’intervention d’un artisan couvreur pour constater et nous conseiller sur les travaux a été réalisée. Il s’avère que le faîtage est à reprendre, et qu’il convient également de procéder à des travaux d’étanchéité.Le chiffrage des travaux s’élève à 14 503.20 € TTC.

La commune de BUIRE sollicite au titre de la DETR 2019 une subvention de 45 %, le reste sera pris en charge par le budget communal.

Demande de subvention DETR 2019, RENFORCEMENT, MISE AUX NORMES DE LA DÉFENSE INCENDIE.

Suite à la visite de contrôle annuelle des poteaux d’incendie sur le territoire de la commune de BUIRE, il s’avère que le rapport du centre de secours d’Hirson nous indique qu’un renforcement de la défense incendie est nécessaire sur la cité de Buire, en particulier Boulevard Ornano et au complexe sportif.

La distance de recouvrement et d’intervention n’est plus conforme à la réglementation départementale.La pose de deux poteaux incendie sur des conduites de diamètre 80 et 100 permettrait d’obtenir un débit de 60 mètres cube / heure et d’être en phase avec la réglementation.

Le choix d’implantation des poteaux d’incendie a fait l’objet d’une visite sur place avec le concessionnaire d’eau potable (la société EAU ET FORCE SUEZ). Le chiffrage des travaux s’élève à 5 583.48 € HT

La commune de BUIRE sollicite une subvention de 40 % au titre de la DETR 2019, le reste sera pris en charge par le budget communal.

Recrutement d’agents contractuels sur des emplois non permanents pour faire face a un besoin ponctuel, d’accroissement temporaire d’activité ou de remplacement :

Les collectivités territoriales peuvent recruter temporairement des agents contractuels sur des emplois non permanents pour faire face à un besoin lié à un accroissement temporaire d’activité ou à un remplacement, et, ainsi, conclure des contrats pour une durée maximale de douze mois, compte tenu, le cas échéant,  des renouvellements de contrats, pendant une même période de dix-huit mois consécutifs.

La commune doit assurer le fonctionnement régulier et continu de ses services en particulier lors de surcharges de travail. Dans ce cadre, elle peut donc être appelée à recruter, « pour faire face à un besoin lié à un accroissement temporaire d’activité », des agents contractuels permettant de renforcer ponctuellement l’effectif de la commune.  A ce titre, il appartient donc à l’Assemblée délibérante d’autoriser le recrutement d’agents contractuels.

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, AUTORISE le Maire à recruter, dans les conditions fixées par l’article 3 – 1° de la loi du 26 janvier 1984, un agent contractuel en qualité d’agent d’entretien et de restauration scolaire pour une durée maximale de douze mois, compte-tenu le cas échéant des renouvellements de contrat, en fonction des besoins ou absences de l’agent titulaire.

CENTRE DE GESTION – MÉDECINE DU TRAVAIL :

La convention d’adhésion au service de médecine préventive arrive à échéance en décembre 2018.

Le Maire rappelle à l’assemblée que les collectivités doivent disposer d’un service de médecine préventive. Cette mission peut être réalisée par le Centre de Gestion après l’établissement d’une convention. La convention a pour objet de définir les conditions techniques et financières de la réalisation des missions du service prévention et santé au travail confiées par la commune au Centre de Gestion :

  • La surveillance médicale des agents,
  • L’action sur le milieu professionnel
  • La mise en place de la cellule d’étude sur le reclassement et le maintien dans l’emploi

Le Maire propose à l’assemblée de renouveler l’adhésion au service de prévention et santé au travail du centre de Gestion. Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, décide de confier au Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l’Aisne, la prestation de prévention et santé au  travail et autorise le Maire à signer la nouvelle convention d’adhésion. Adopté à l’unanimité des membres présents.

RENOUVELLEMENT D’UN CONTRAT CUI – CAE EN PEC AFFECTÉ  A L’ENTRETIEN DES  BÂTIMENTS COMMUNAUX (locaux de l’école primaire) ET A LA RESTAURATION SCOLAIRE :

Madame Lydia GONTHIER, répondait à tous les critères d’attribution d’un contrat CUI, notamment en termes de formation et a donc effectué une première année de contrat en tous points satisfaisante.

Désormais, le contrat CUI CAE ayant disparu, elle peut être renouvelée en qualité de « Parcours Emploi Compétence » nouvellement créé. Elle poursuivra son activité au  sein de l’équipe en charge de la restauration scolaire, d’entretien des bâtiments communaux à compter du 1er avril 2019

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, approuve ce nouveau contrat à l’unanimité.

RENOUVELLEMENT D’UN CONTRAT CUI – CAE EN PEC AFFECTE  A L’ENTRETIEN DES  BATIMENTS COMMUNAUX (locaux de l’école primaire) ET A LA RESTAURATION SCOLAIRE :

Madame Yvette ROBERT, répondait à tous les critères d’attribution d’un contrat CUI, notamment en termes de formation, et a donc effectué deux années de contrat en tous points satisfaisantes.

Désormais, le contrat CUI CAE ayant disparu, elle peut être renouvelée en qualité de « Parcours Emploi Compétence » nouvellement créé. Elle poursuivra son activité au  sein de l’équipe en charge de la restauration scolaire, d’entretien des bâtiments communaux à compter du 1er mars 2019.

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, approuve ce nouveau contrat à l’unanimité.

Revalorisation des loyers :

Au vu de l’indice de référence des loyers (IRL) et de sa variation au cours de l’année écoulée, + 1.74%, le Conseil Municipal après en avoir délibéré, décide d’appliquer au 1er janvier 2019 cette variation de +1.74% sur les loyers des logements communaux. (indice de référence des loyers, 129.03 au quatrième trimestre 2018, et 126.82 au quatrième trimestre 2017).

  • le loyer du logement de Monsieur LAUDE est fixé à 176.63 €
  • le loyer du logement de Monsieur DELHAYE est fixé à 176.63 €
  • le loyer du logement de Monsieur LEFEBVRE  est fixé à 250.89 €
  • le loyer du logement de Madame LIBAN est fixé à 250.89 €
  • le loyer du logement de Madame VOLLEREAUX – NARAT reste fixé à 489.81 €

RÉVISION DES TARIFS DE LOCATIONS :

Le Conseil Municipal décide à l’unanimité, après en avoir délibéré, d’appliquer les tarifs ci-dessous pour les locations à compter du 1er janvier 2019 :

  • Salle des fêtes :  220 € (arrhes 110 €)
  • Salle Clichy : 160 € (arrhes 80 €) : réservés aux seuls habitants de Buire
  • Vaisselle : 1 € par convive
  • Location de la friteuse à gaz : 100 € pour le week-end
  • Chauffage : 1 € de l’heure
  • Chapiteau : 230 €
  • Benne : 30 €
  • Tables et bancs :
    • 4 € pour une table et deux bancs
    • 2 € la table seule
    • 1 € le banc seul
  • Vin d’honneur salle des fêtes :  50 € + location des coupes ou verres : 0.20 / pièce
  • Vin d’honneur salle Clichy :  35 € + location des coupes ou verres : 0.20 / pièce
  • Remplacement vaisselle cassée ou manquante : prix au tarif catalogue
  • Location mini-golf : mise à disposition gratuite, avec demande de chèque de caution de 100 € pour le prêt de matériel (club et balle)

BUIRE : aménagement des combles de la mairie.

Depuis plusieurs mois, les habitués du secrétariat de la mairie ont vu l’espace de réception du public s’orner d’un escalier intérieur. Fabriqué sur mesure par la société SGM, il est la partie visible d’un gros chantier qui se termine ces jours-ci. Il mène aux combles de la mairie qui n’avaient jamais été isolées ni aménagées.

Depuis longtemps, les besoins existaient, mais le Conseil Municipal avait préféré investir dans des équipements plus directement destinés à la population, à la jeunesse, aux associations ou aux sportifs.

Par contre, le bâtiment de la mairie, plus délaissé était mal isolé, provoquant des dépenses de chauffage en constante augmentation. Il manquait en outre de fonctionnalité, les services étant dispersés dans le bâtiment, avec des réseaux électriques et informatiques qui devaient être repris (en particulier avec l’arrivée de la fibre optique et la dématérialisation des services).

De ce fait, le budget 2018 avait prévu la rénovation du bâtiment pour une meilleure utilisation de l’espace libre. Le budget de 60 000€ a été subventionné par l’État (DETR) à hauteur de 40% HT, le Conseil Départemental prenant en charge 25% HT. L’ensemble au projet aura coûté en fait 20 000€ à la commune, une petite somme au regard de l’aménagement réalisé. L’ensemble des travaux a été réalisé par des entreprises locales et les finitions en régie par les employés communaux.

Les menuiseries et l’isolation thermique et phonique de la totalité des combles ont été confiées à l’entreprise SGM : menuiseries de la mairie en pvc, escalier… Électricité, reprise des réseaux par la société Colas. Le chauffage et le sanitaire étant réalisés par M. Hardy, artisans buirois.

Pour leur part, les agents techniques communaux ont réalisé le revêtement de sol, les peintures, l’installation des étagères et l’aménagement de l’espace en bureaux pour les adjoints, espaces de réunion, archivage … Tout l’aménagement a été réalisé sans rachat de mobilier bien qu’un budget ait été voté. Une partie du mobilier de l’équipement « Picardie en ligne » a été transféré. Le fonctionnement des services de la mairie s’en trouve bien amélioré, en particulier la relation entre le secrétariat et les adjoints. D’autre part, un certain nombre de réunions techniques peuvent maintenant se tenir sans occuper la salle des cérémonies, ce qui contraignait à de nombreuses manipulations de mobilier. Le résultat est vraiment à la hauteur de la qualité de la conception du projet, tous les artisans et employés communaux ont contribué à sa réussite, félicitations à tous.


BUIRE : Deux contrats d’apprentissage pour la commune.

BUIRE : Deux contrats d’apprentissage pour la commune.

Avec les nouvelles mesures gouvernementales concernant les contrats d’insertion, la Communauté de Communes  a décidé d’encourager une quinzaine de contrats d’apprentissage qui permettent à des habitants du secteur de la CC3R d’obtenir une qualification diplômante.

 

 

Pour cela, la CC3R soutient les projets à hauteur de 1000€ par an par contrat. La région des Hauts-de-France aide aussi au financement de ces formations pour une somme de 4000€ la première année et 1000€ ensuite. La commune prenant en charge le reste de la formation.

 

La municipalité de BUIRE a décidé de devenir porteuse du projet de formation de deux apprentis, leurs tuteurs étant désignés parmi le personnel titulaire des employés communaux.

Les deux apprentis sont Philippe GUILLET et Jérémy GONTHIER. Ils ont signé un contrat d’apprentissage pour la préparation du Brevet Professionnel Agricole dans le domaine des travaux paysagers.

Ils sont soumis à un contrat de deux ans à raison d’une semaine par mois au CFA horticole de la Chambre d’Agriculture de Laon, le reste du temps en formation dans la commune à raison de 35H par semaine pour une rémunération équivalente au SMIC.

La commune, afin de leur éviter tout frais de formation, prend en charge les repas lors de leurs déplacements à Laon. Ils sont aussi autorisés à s’y rendre avec le véhicule communal.

Ils se trouvent donc dans des conditions idéales pour préparer leur diplôme. Nous leur souhaitons la réussite de leur projet professionnel.

 

BUIRE : Réouverture de la bibliothèque .

BUIRE : Réouverture de la bibliothèque .

Mercredi 12 septembre 2018 dès 13h 30,  Claudine RÉMÉRÉ  Conseillère Municipale vous accueillera au sein de l’école de BUIRE pour la réouverture de la bibliothèque municipale autour d’un petit goûter.

Prêt gratuit avec un choix de plus de 1000 livres, policiers, romans, BD, collection verte et rose, livres pour enfants, histoire etc….

Ouverture tous les mercredis de 13h 30 à 16h30. Nous vous attendons nombreux petits et grands.

BUIRE : au restaurant scolaire, on redécouvre le son de la cloche du garde-champêtre.

BUIRE : au restaurant scolaire, on redécouvre le son de la cloche du garde-champêtre.

Les jours d’école, les enfants qui ne peuvent pas rentrer chez eux le midi sont accueillis au complexe sportif par le personnel communal.

Ce moment de la pause méridienne doit être un moment de loisirs en plus du repas et les agents de service l’ont bien compris. Lorsque le temps le permet, les enfants  peuvent jouer à l’extérieur en toute sécurité dans l’enceinte du complexe avant le repas.

 

Toujours à la recherche d’une idée, le personnel ne se satisfaisait pas de rassembler toute la petite troupe au coup de sifflet pour le déjeuner.

 

Ils ont donc eu l’idée de génie de réveiller l’ancienne cloche du garde-champêtre qui n’avait plus tinté depuis au moins 40 ans. Cette brave cloche lui servait pour avertir la population des arrêtés municipaux, décrets préfectoraux et ordres de mobilisation générale). L’ancêtre du site internet, en quelque sorte…

 

Peut-être  celle-ci a-t-elle servi pour annoncer la mobilisation générale en 1914, vraisemblablement celle de 1939. Le dernier à l’avoir activée est sans doute M.LEFEBVRE, le père de Jean-Luc jeune retraité de la commune.

Avec la bénédiction de Maurice DEMEAUX, la  cloche a repris du service pour le plus grand bonheur des enfants … et des riverains ravis de l’initiative !

 

 

BUIRE : toilette de printemps pour la locomobile.

BUIRE : toilette de printemps pour la locomobile.

La locomobile trône depuis plusieurs années au rond-point place Marcadet, à l’entrée de la cité.

Cette machine à vapeur était montée sur roues, ambulante et sur la poulie de laquelle on plaçait une courroie  susceptible d’exécuter diverses opérations mécaniques dans l’industrie et l’agriculture.

Don de M. RACLOT quand il était directeur du magasin Leclerc, cet engin a perdu une bonne partie de son lustre avec le temps.

Depuis peu, un travail de restauration est entrepris par l’intermédiaire du PLI (Plan Local d’Insertion).

Deux semaines de travaux sur cet outil-symbole à la fois du passé ferroviaire et rural de notre commune sont prévues.

BUIRE : Permanences rénovation énergétique secteur d’Hirson en 2018

BUIRE : Permanences rénovation énergétique secteur d’Hirson en 2018

Des permanences d’information « rénovation énergétique dans l’habitat » sont mises en place pour le secteur d’Hirson en 2018.

 

Elles auront lieu à la mairie d’Hirson les deuxièmes mardis de chaque mois  de janvier à décembre, de 10H30 à midi..

Pour ceux qui veulent effectuer ce type de travaux sur leur habitation, sachez que des subventions, des primes et des prêts peuvent être mobilisés. Soyez informés sur la maîtrise de l’énergie pour votre habitation !

Sur le document ci-après, les dates exactes de ces permanences et le contact de l’organisme (SOLIHA Aisne) : Permanences info rénovation énergétique secteur d’HIRSON en 2018.

BUIRE : A partir de novembre, le PACS se signera en mairie.

A partir de novembre 2017, la signature du Pacte civil de solidarité (Pacs) ne se déroulera plus au tribunal d’instance, mais à la mairie du lieu de résidence commune.

 

Il en a été décidé ainsi dans le cadre de la loi sur la modernisation de la justice datée du 19 novembre 2016.

 

A BUIRE, le tout est mis en œuvre pour la mise en place de ce nouveau service. Nous vous mettrons au courant des démarches à accomplir dès que possible. Le secrétariat de mairie peut déjà être consulté à ce sujet.

Maurice DEMEAUX récompensé par le ministère des sports.

Maurice DEMEAUX récompensé par le ministère des sports.

C’était bien à son tour de se voir récompensé ! Depuis plus de trente ans maintenant, Maurice DEMEAUX maire de BUIRE œuvre pour permettre aux sportifs de s’épanouir dans notre petite commune, dans un esprit très ouvert en direction des différents clubs.

Son plus bel exploit reste sans doute la création du complexe sportif qui date maintenant de 25 ans. Critiqué par certains, raillé parfois, Maurice a tenu bon pour doter notre commune d’un équipement multisports. Quelques années après, on mesure la qualité de sa vision, avec son conseil municipal de l’époque, quand on rencontre tous ces jeunes sportifs (plusieurs centaines de licenciés dans une commune de 900 habitants !).

Après plusieurs années de rodage, le complexe est devenu le centre de nombreuses activités en faveur de la jeunesse : il rend service aux clubs sportifs avec ses équipements, mais aussi au centre social APTAHR avec l’organisation des ALSH et diverses animations d’associations, aux établissements scolaires avec l’accueil de manifestations sportives scolaires, à la Prévention de la Délinquance, et on en passe…

Le Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports ne s’y est pas trompé. Jean-Jacques THOMAS a eu le plaisir de remettre à Maurice DEMEAUX  une lettre de félicitations pour les « services rendus à la cause de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif ».

Le symbole est fort, cette remise se faisant devant les sportifs récompensés lors de la réception annuelle du dimanche de la fête communale.

Vignette crit’air obligatoire pour circuler dans certaines grandes villes au 1° juillet 2017.

Vignette crit’air obligatoire pour circuler dans certaines grandes villes au 1° juillet 2017.

La décision a été prise de créer un « certificat qualité de l’air » pour les véhicules construits après le 1° janvier 1997.

 

Dès le 1° juillet 2017, les véhicules non porteurs de la vignette crit’air pourront être verbalisés dans certaines villes. En cette période de vacances, nous pouvons tous traverser ou nous rendre dans ces villes. Il convient donc maintenant de se munir de cette vignette.

 

Tous les véhicules routiers sont concernés : deux roues, trois roues, quadricycles, véhicules particuliers, utilitaires, poids lourds dont bus et autocars.

 

Elle n’est pas applicable aux voitures mises en circulation avant le 1er janvier 1997 (et aux 2 roues mis en circulation avant le 1er juin 2000) qui ne pourront plus rouler dans ces villes pendant la journée.

 

 

Pour pouvoir rouler dans les ZCR (zones à circulation restreinte certaines) des  villes qui les ont mises en place,  les véhicules devront être munis d’une pastille de couleur munie d’un chiffre, selon le degré de rejet de particules et donc de l’émission de polluants atmosphériques. Il y a 6 classes de véhicules, en fonction de l’âge et le type d’énergie employé notifiés par la carte grise. Pour plus de renseignements, voir le site suivant : Développement durable : un certificat de qualité de l’air

Cette vignette permettra de réguler la circulation les jours de pollution importante.

Nous sommes bien entendu tous concernés si nous désirons nous rendre dans les villes ou les zones de ces villes appliquant cette obligation.

 

Pour se procurer la vignette correspondant à un véhicule, le demande doit être faite par internet ou par courrier. Le prix est de 4,18 € (comprenant les frais d’envoi) par vignette et donc par véhicule. Vous pouvez commander la vignette crit’air ou demander le formulaire papier en suivant ce lien : certificat-air.gouv.fr/demande/cgu

 

Paris est bien sûr concernée par ces  zones à circulation restreinte. La vignette crit’air y est obligatoire depuis le 16 janvier 2017 (une période d’adaptation est prévue). A Grenoble, cette obligation date du 1° novembre 2016 (les 49 communes de l’agglomération sont concernées)

 

 

Les villes qui peuvent maintenant aussi mettre en place rapidement ces zones  sont celles qui disposent d’un plan de protection de l’atmosphère (PPA).

 

En fait, toutes les agglomérations où les pics de pollution sont fréquents pourraient l’adopter pour mettre en place des dispositifs de circulation restreinte. Ce sera aux élus et préfets des zones concernées de décider.

 

Voici la liste des agglomérations couvertes par un PPA : Avignon, Béthune, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Douai-Lens, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Pointe-à-Pitre-Les-Abymes, Rennes, Rouen, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Tours, Valenciennes. Cette liste n’est pas exhaustive.