A BUIRE, UNIS DANS LA MÊME COMMUNAUTÉ DE DESTIN.

«…76 ans après le retour des derniers déportés libérés, le souvenir de la déportation demeure dans notre mémoire collective et ne doit pas s’effacer… Des êtres humains étaient catégorisés en surhommes et en sous-hommes, leurs vies jugées dignes et indignes d’être vécues sur décision d’un État qui avait érigé en programme politique sa conception raciste et eugéniste du monde et l’a portée à son paroxysme dans l’univers concentrationnaire…».

A BUIRE, comme dans nombre de communes, la journée nationale du souvenir fut l’occasion pour Maurice DEMEAUX de porter le message signé par la Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP), la Fondation pour la mémoire de la déportation et des associations de mémoire des camps nazis et de l’Union Nationale des Associations de Déportés, Internés, de la Résistance et Familles (UNADIF-FNDIR).

Après avoir fleuri la stèle érigée à la mémoire des cheminots morts pour la France en compagnie de Jean-Jacques THOMAS, la délégation buiroise se montra consciente « …des nouvelles menaces (qui) nous rappellent la communauté de destin qui unit l’humanité au-delà des différences culturelles, ethniques ou religieuses et des antagonismes idéologiques, politiques ou économiques… ».

Commentaires fermés.