L’histoire de Buire

Tout d’abord, merci infiniment à Marcel BOULEAU pour toutes ses recherches qui nous permettent de vous proposer cette page.

On sait peu de choses sur le passé lointain du village. Même l’origine du nom Buire est soumise à plusieurs hypothèses.

Ce nom a évolué au cours du temps. Les documents étudiés font apparaître Bures, Buirii, Buriacus, Bureus. Deux significations possibles sont avancées :

  • Bure est un ancien mot  désignant  deux galeries reliées par un puits
  • Une bure ou buire est un récipient avec anse.

C’est la deuxième hypothèse que l’on privilégiera, puisque l’emblème du village est un récipient à deux anses. Cette représentation a été  popularisée par une œuvre, visible ici, de  Gilbert Arduin, artiste thiérachien disparu en 1997.

buire_dessin Arduin                                             buire bronze

 

 

C’est au 12°siècle que Buire est cédé à l’abbaye de Bucilly, la seigneurie étant celle de Guise. Longtemps, le village a été à vocation rurale, la seule industrie connue en étant la vannerie. A ce propos, vous pouvez consulter ce document de février 1846, où le conseil municipal demande que Buire puisse faire partie du Bureau d’Origny-en-Thiérache ( bourg distant de 3 km), pour favoriser le commerce de la production des ouvriers vanniers de la commune : lettre 1846 entière

En 1544, on note que Buire compte  12 maisons et 13 puits (la treizième maison est en ruine), ce qui crée la légende  « Buire en France, 42 lieues de Paris, 12 maisons 13 puits ».

Ci-dessous, l’intégralité de la légende de BUIRE, transcrite par Pol Verschaeren, ancien curé de Wimy (3 pages) :

LEGENDE DU PUITS DE BUIRE final ancienLEGENDE DU PUITS DE BUIRE final ancien    LEGENDE DU PUITS DE BUIRE final ancien

 

En 1760, on dénombre 104 habitants (36 « feux » ou habitations) ; en 1821 : 202 habitants ; en 1881 : 323 habitants. Puis, la population connaîtra  une première augmentation importante, grâce à la construction du fort Dubois, un ouvrage militaire de la fin du 19° siècle, à la limite entre Buire et Hirson. L’arrivée en nombre des maçons a duré quelques années,  le temps nécessaire à cet imposant travail: on compte alors plus de 500 habitants à Buire. Mais en 1911,  on retombe à 370 habitants.

 

buire église          buire café mairie 1920         buire cité

 

 

L’essor de Buire aura lieu dans les années 1920 avec la construction de la cité cheminote, marquant l’édification du dépôt de la Compagnie du Nord sur le territoire de la commune ; la population va monter à 1230 habitants en 1931. Nous développons cette période dans une autre page, « Buire et le Chemin de Fer ». Après la Seconde Guerre Mondiale et la modernisation du rail (la fermeture définitive du dépôt se fera en 1969), la population redescendra sous les 800 habitants en 1975. Elle sera ensuite étonnamment stable : Buire recensera 868 administrés en 1990 et… 869 en 2009 ! (source INSEE)

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.