BUIRE : Commémoration du 8 mai

BUIRE : Commémoration du 8 mai

La commémoration de la fin de la seconde guerre mondiale a tout d’abord rassemblé les élus et leurs invités au monument aux morts du village, pour le dépôt d’une gerbe et a lecture du communiqué ministériel.

 

Ensuite, c’est place Marcadet que les présents ont été rejoints par une délégation d’Hirson pour rendre hommage aux nombreux cheminots tombés pendant le conflit.

 

C’est ensuite au Complexe Sportif que les personnes présentes se sont rendues, à l’exposition « Désobéir pour sauver, des policiers et des gendarmes Justes parmi les Nations » préparée par Claudine RÉMÉRÉ conseillère municipale chargée du devoir de mémoire. On pouvait noter une importante délégation de gendarmes, leur profession étant au cœur de cette exposition.

 

Lors de la présentation du contenu de l’expo, Claudine RÉMÉRÉ, puis Maurice DEMEAUX maire et Jean-Jacques THOMAS ont pris la parole pour rappeler le rôle de ces fonctionnaires qui, au péril de leur vie, ont réussi à cacher les juifs qui étaient raflés avant d’être déportés vers les camps d’extermination nazis, reconnus désormais comme « justes parmi les Nations ».

 

Cette exposition restera visible jusqu’au vendredi 11 mai inclus de 9h à 12 h et de 13h30 à 16h30 au centre sportif de BUIRE.

 

      

BUIRE: Exposition « Désobéir pour sauver, des policiers et gendarmes « Justes parmi les Nations ».

BUIRE: Exposition « Désobéir pour sauver, des policiers et gendarmes « Justes parmi les Nations ».

A l’heure actuelle, où l’on parle encore d’actes antisémites, l’exposition « Désobéir pour sauver, des policiers et des gendarmes Justes parmi les Nations » réalisée par le département de la mémoire combattante de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) sera  proposée dans la salle du Complexe Sportif du 7 au 11 mai 2018, dans le cadre de la commémoration de la fin du conflit de la seconde guerre mondiale.

 

Au 1er septembre 2009, 54 policiers et gendarmes français ont reçu le titre de «Justes parmi les Nations» pour avoir sauvé des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. Dans la France occupée par l’Allemagne nazie, ces hommes ont renoncé à l’obéissance que leur imposait leur fonction. Malgré les risques auxquels ils s’exposaient, mus par la seule voix de leur conscience et de leur humanité, ils ont refusé de « livrer » des Juifs à la Déportation, contrant les ordres donnés par les responsables du régime de Vichy.

 

Ce choix de Claudine RÉMÉRÉ, conseillère municipale chargée du devoir de mémoire est largement justifié alors que l’histoire « bégaie ». Elle a trouvé d’actualité de montrer que certains ont désobéi à la loi et au régime de Vichy du Maréchal Pétain…pour sauver d’une mort certaine les Juifs livrés aux allemands…

En France, 76 000 Juifs ont été déportés du seul fait d’être nés Juifs !..
Avec la complicité des autorités françaises, ils furent envoyés vers les Camps d’Extermination. Ils avaient la mort pour seul horizon.

Certains agents de la France de Pétain exécutaient avec zèle les directives infâmes, mais il y eut aussi des gens de Bien qui aidaient activement les Juifs malgré les risques encourus.

Cette exposition rend à ces hommes de Bien un hommage mérité, car, sans les avertissements prévenant de la rafle du  » Vel d’Hiv », des milliers d’autres Juifs auraient été arrêtés à Paris en juillet 1942.

Sans les faux papiers réalisés avec la complicité des policiers et gendarmes, combien de Juifs seraient tombés aux mains des nazis ?

Partout en France, il y eut des hommes et des femmes de cœur qui ont aidés les Juifs.

Ces cinquante quatre gendarmes et policiers ont été officiellement connus par l’Institut Yad Vashem de Jérusalem, recevant la plus haute distinction civile de l’État d’Israël.

En ayant eu le courage de suivre leur conscience plutôt que les ordres de Vichy, ils nous rappellent que :
– L’histoire est constituée d’une longue chaîne de responsabilités individuelles et collectives, que chacun de nous en est le maillon précieux qui fait que l’histoire chavire ou au contraire avance.
– Les Justes l’ont fait avancer… Ils ont été en cela des lumières dans la nuit de la Shoah.

Beaucoup d’anonymes ont sauvé également des Juifs en désobéissant aux lois de Vichy. Leur modestie les a conduit à ne rien révéler. Tous les Justes reconnus ou pas officiellement ont été honorés lors de l’hommage du 18 janvier 2007 . La mémoire de leurs actions est gravée dans la pierre du Panthéon à tout jamais.

Au moment où la barbarie la plus absolue régnait dans les camps, ces justes ont sauvé des vies, ils ont incarné l’honneur de l’humanité qui grâce à eux n’a pas totalement sombré à Auschwitz.

Ainsi parlait Simone Veil qui a introduit cette exposition afin que toutes les générations n’oublient pas : « Oublier son passé, c’est se condamner à le revivre ! »

Cette exposition sera visible du lundi 7 au vendredi 11 mai inclus de 9h à 12 h et de 13h30 à 16h30 au centre sportif de Buire.

Claudine, membre de l’UMRAC de l’Oise et de la FNACA d e l’Aisne et Conseillère Municipale et responsable du  » Devoir de Mémoire »  sera à la disposition du public et des écoles.