Histoire locale : Le Conseil Municipal de Buire au début de la Grande Guerre.

acte début guerre_18_08 recLe 3 août 1914, le Conseil Municipal de Buire se réunissait pour la première fois depuis le début du conflit en séance extraordinaire pour prendre une première décision concernant la vie quotidienne des habitants du village. La transcription est faite sur le cahier du Conseil le 18 août.

En 1914, la cité n’existe pas encore, puisqu’elle date du début des années 1920 avec l’essor du chemin de fer. Le village compte environ 350 habitants qui vivent surtout de la culture de la terre et des activités engendrées par la culture et le travail de l’osier en lien avec Origny-en-Thiérache. Inutile de préciser que la population est plutôt pauvre dans sa majorité, ce qui explique la décision prise par le Conseil Municipal en cette journée du 18 août 1914.

Le Conseil Municipal de l’époque, élu en mai 1912, compte 10 membres : François THUILLIER, maire – Pierre LEFEVRE, Adjoint – Alexandre CALMUS – Eugène COURTEVILLE – Gaston COURTEVILLE – Albert DRUBIGNY – Léon LEDUC – JulesLIMET – Ernest MAILLOT – Virgile PONCELET.

Vous pouvez consulter le document original en cliquant sur l’image. Pour aider à une meilleure lecture du document dont l’écriture est plutôt difficile à déchiffrer, voici une « traduction » du document dont nous vous prions d’avance de bien vouloir excuser d’éventuelles erreurs (que vous pourrez nous corriger en nous contactant sur l’adresse mail du site : mairie.buire.blog@orange.fr.

« L’an mil neuf cent quatorze, le 3 août, le Conseil Municipal s’est réuni en séance extraordinaire, au lieu  habituel de ses réunions, sous la Présidence de M. Thuillier, Maire.

Etaient présents MM. : Courteville Eugène, Calmus Alexandre, Lefèvre Pierre, Thuillier François, Maillot Ernest, Poncelet Virgile, Courteville Gaston, Limet Jules, Drubigny Albert.

Sur la proposition de M. le Maire, le Conseil, à l’unanimité, vote d’urgence une somme de 300 Francs, à prendre sur les fonds libres de la Commune, pour venir en aide aux familles nécessiteuses et particulièrement à celles dont le soutien a été appelé pour la Mobilisation Générale à défendre la patrie, et demande à M. le Préfet l’ouverture d’un crédit de pareille somme.

Délibéré en séance les jour, mois et an susdits : 

Suivent les signatures des membres présents (Léon Leduc étant absent à la réunion)